En D-eficit D-angerous

L’autre jour, je discutais de la vitamine D avec ma belle-sœur, anesthésiste et responsable du traitement de la douleur : elle est convaincue qu’il est important de combler cette carence dans le traitement de la douleur chronique réfractaire au traitement médical.

En fait, le calcitriol, ou vitamine D, est une molécule extraordinaire.

 

Qu’est-ce que la vitamine D ?

Le terme vitamine, prend la racine du vital, ou quelque chose qui est nécessaire pour le corps humain, car il ne peut pas le produire de manière indépendante.

À tort, la vitamine D était incluse dans ce groupe. Le calcitriol ou 1,25 (OH) 2 D3,1,25dihydroxyvitamine D 3, est formé à partir de cholestérol, de sorte que nous avons tous la possibilité de la former en quantités suffisantes. Le problème est son activation, comme nous le verrons plus tard.

L’ADN humain contient environ 2700 sites de liaison pour le calcitriol, nous pourrions donc dire qu’il a une fonction vitale dans tout le corps.

 

La plupart connaissent son rôle dans le maintien de la santé des os (sa carence provoque le rachitisme chez les enfants et l’ostéoporose chez les adultes).

Mais sa carence joue également un rôle déterminant dans la pathogenèse de maladies extra-squelette telles que l’asthme, l’insuffisance cardiaque, les maladies auto-immunes (maladie de Chron, colite ulcéreuse, sclérose en plaques). Il agit avec un effet immunosuppresseur antiprolifératif et anti-inflammatoire1. Donc, ma belle-sœur a toutes les raisons de lui donner comme complément dans le traitement de la douleur.

 

 

Où trouve-t-on de la vitamine D ?

Les sources de vitamine D peuvent être endogènes, donc produites par notre corps à partir de l’activation des rayons UVB, ou produites par l’alimentation. Il existe 2 types de vitamines D dans les aliments :

Vitamines D3 : cholécalciférol d’origine animale

Vitamine D2 ergocalciférol d’origine végétale

Les aliments contenant de la vitamine D ne sont pas très nombreux (jaune d’œuf, poisson gras, huile de foie de poisson et foie). C’est pourquoi, dans certains pays des États-Unis et du Canada, il existe avant tout des aliments enrichis comme le lait et le yogourt.

Parmi les sources végétales, on trouvera des champignons pouvant contenir de la vitamine D, mais uniquement s’ils ont été exposés au soleil et en petite quantité.

L’exposition aux rayons UV (nous appellerons rayonnement UVR-da) est un moment fondamental pour convertir le précurseur de la vitamine D-7-déshydrocholestérol qui s’accumule dans les glandes sébacées dans la provitamine D-calcitriol.

 

D’où la question séculaire qui se pose chaque fois que nous insistons sur l’importance de l’exposition au soleil. Le soleil est important pour notre vie et notre santé, nous n’existerons pas sans lui (car il n’y aurait aucune forme de vie). Le but est de comprendre que pour l’activation susmentionnée, 10 minutes d’exposition par jour suffisent pour les types de peau les plus claires (ceux qui ont les cheveux et les yeux clairs), pouvant aller jusqu’à une heure pour les peaux noires.

 

Les rayons sont ceux perpendiculaires à la surface de la terre, ou à la latitude dans laquelle j’écris, ceux de midi. Pour cette raison, je suggère à mes patients de boire du café après le déjeuner sur la terrasse. La surface exposée doit être abondante (bras, jambes), le visage seul ne suffit pas et dans tous les cas, je déconseille vivement de prendre un bain de soleil sans crème solaire.

L’utilisation de filtres solaires fait l’objet de nombreuses discussions concernant la possible limitation de l’activation de la vitamine D.

Les écrans solaires absorbent :

FPS 15 93% des UVA et UVB

FPS 50+ 99% des UVA et UVB

Ainsi, plusieurs études montrent que, puisque la protection n’est jamais complète et que la majeure partie de la population n’est pas suffisamment protégée, (avec 2 mg de crème par cm3 (environ 30 g pour l’ensemble du corps et au moins toutes les 2 heures), vous pouvez avoir la quantité nécessaire de vitamine D en utilisant également un bon filtre SPF15.2

Évitez les brûlures à tout prix. Le mélanome est un cancer cutané agressif qui peut se développer de manière subtile et être mortel.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que chaque année, 60 000 décès sont causés par des tumeurs malignes de la peau telles que le mélanome et que 90% d’entre elles sont liées au rayonnement ultraviolet.3

Puisque je ne suis pas dermatologue, je recommande fortement les articles de ces brillants médecins qui ont créé la plate-forme myskin.it. L’article ci-joint traite des coups de soleil et des faux mythes sur le bronzage. S’il vous plaît, lisez-le.

https://www.myskin.it/editoriale/7-falsi-miti-abbronzatura-esposizione-solare

Ainsi, en revenant à notre vitamine D, une personne à la peau claire, produit 20 000 UI de vitamine D en marchant sur la plage pendant 20 minutes. Pour comparer une grande partie du saumon ou des sardines, il pourrait contenir environ 1000 UI.

 

Facteurs limitants de l’apport en vitamine D

 

  1. La latitude

Plus on s’éloigne de l’équateur, plus le rayonnement effectif sera faible, diminuant ainsi l’angle du zénith, c’est-à-dire l’angle auquel le rayonnement solaire frappe la Terre. Par exemple, en vivant à Miami, vous aurez assez de soleil pour produire de la vitamine D pendant toute l’année, aux latitudes de Stockholm, les rayons seront suffisants seulement pendant 5 mois par an.

La distribution géographique de certains types de cancer démontrerait une incidence plus grande aux latitudes nord et une diminution à l’approche de l’équateur.4

 

  1. Saison

En ce qui concerne la latitude, le rayonnement solaire sera beaucoup moins efficace pendant les mois d’hiver, lorsque le soleil est plus bas dans le ciel (ou plus éloigné de la Terre).

Pour évaluer l’efficacité du rayonnement que vous prenez, je vous conseille de suivre la règle de l’ombre de Kerley: si l’ombre est plus courte que votre corps, vous activez probablement la vitamine D, si l’ombre est beaucoup plus longue que votre corps signifie que les rayons du soleil sont faibles et ne seront donc pas suffisamment puissants.

 

  1. Âge

Avec l’âge, la quantité de déshydrocholestérol diminue et diminue donc le substrat à partir duquel former la vitamine D.5

  1. Ombre

Vivre dans des villes ensoleillées mais toujours à l’ombre de gratte-ciel ou d’immeubles, rester toujours à l’intérieur sans sortir (école, travail, prison, etc.) empêche l’activation cutanée de la vitamine D.

 

  1. Couleur de la peau

La couleur de la peau est proportionnelle à la teneur en mélanine, plus elle est foncée. La mélanine agit en augmentant l’absorption des rayons UVB et joue un rôle concurrent pour le 7-déhidrocolestérol. Les peaux plus foncées ont donc besoin d’une exposition plus longue pour produire des quantités adéquates de vitamine D.

Mais attention, cela ne signifie pas être à l’abri des coups de soleil et des cancers de la peau.

 

  1. Religion et culte

En ce qui concerne les personnes qui vivent à l’intérieur, même les femmes voilées courent un risque élevé de carence en vitamine D. Je suggère donc de trouver une maison avec au moins une terrasse et une exposition au soleil au moins dans un environnement domestique.

Certaines femmes ont alors le culte absolu de la peau blanche comme les Japonaises (probablement de la figure de geisha et des soins personnels) ; ils évitent aussi le soleil comme diable mais le risque de carence reste élevé (mais ils ont toujours une peau fantastique !).

 

  1. Obésité

Les personnes en surpoids présentent plus fréquemment une carence en vitamine D. Le mécanisme par lequel cela se produit pourrait être à différents niveaux. Il semble que, la vitamine D étant une molécule liposoluble, ses métabolites sont séquestrés au niveau du tissu adipeux abondant des personnes en surpoids. Étant donné que le cytochrome P450 est le premier stade d’activation de la vitamine D dans le foie, il existe une certaine difficulté avec la présence du foie gras (ou stéatose hépatique).

En outre, les personnes en surpoids en raison d’un handicap moteur ou exposées à la honte ont tendance à éviter la vie en plein air.

 

  1. Médicaments

Certains types de médicaments diminuent l’action de la vitamine D, notamment : la cortisone, les anticonvulsivants, le traitement du VIH, les antifongiques tels que le cétonazole.

 

 

DEVRAIS-JE PRENDRE DE LA VITAMINE D COMME COMPLÉMENT ?

 

La carence en vitamine D étant assez répandue dans le monde, on estime à environ 1 milliard le nombre de personnes en déficit. 6Une méta-analyse publiée en 2007 montre que la supplémentation en vitamine D diminue la mortalité.7

Pour vérifier une déficience, il est nécessaire d’effectuer une analyse de sang : 25 (OH) D ou 25-hydroxyvitamine D. Des valeurs adéquates sont supérieures à 30 mg / L, ce qui nécessiterait une administration quotidienne de 1000 UI / jour ou 25 µg peut être un bon point de départ. 8,9 Mais tout dépend de la latitude dans laquelle nous vivons, de la couleur de notre peau, de la génétique et de notre mode de vie.

 

 

Dans un premier temps, je recommanderais une posologie par une analyse de sang, si nécessaire, je suggérerais une supplémentation quotidienne. Mais aussi et surtout un changement de mode de vie, faire des activités à l’extérieur, s’exposer au soleil avec les précautions qui s’imposent, manger de manière équilibrée.

 

Âge Complément adéquate  µg  

Limite maximale tolérable

 

De 0 à 1 an 5 25
De 1-50 ans 5 50
Après 50 ans 10 50
Après 75 ans 15 50

 

Avec gratitude,

 

 

[1] Feldman D, Vitamin D : biology,actions, and clinical implications Osteoporosis, chapter 13, 2013 Elsevier

2Farrerons et al. Clinically prescribed sunscreen (sun protection factor 15) does not decrease serum vitamin D concentration sufficiently either to induce changes in parathyroid function or in metabolic markers. Br J Dermatol 1998; 139(3):422-427

 

3Lucas R et al, Solar ultraviolet radiation :global burden of disease from solar ultarviolet radiation. Geneva :World Health Organization 2006.

4Grant WB. An estimate of premature cancer morbidity in the U.S. due to inadequate doses of solar ultraviolet-B radiation. Cancer 2002; 94:1867-75

5Holick MF,Photobiology of vitamineD .Accademic Press 2011

6Holick MF, Vitamin D deficiency. N Engl j Med ; 2007 Jul 19;35è(3):266-81.Review

7Autier P, Gandini S. Vitamin D supplementation and total mortality: A meta-analysis of randomized

controlled trials. Arch Intern Med. 2007;167:1730–7. [PubMed: 17846391]

8Vieth R. Vitamine D supplementation,25-hydroxyvitamin D concentrations, and safety ; Am J Clin Nutr. 1999 May;69(5):842-5§. review

9Harvard School of Public Health Nutrition Source. Vitamin D and health. [Last accessed on 2010 Aug

30]. Available from: http://www.hsph.harvard.edu/nutritionsource/what-shouldyou-eat/vitamind/

index.html .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *