Un délice de beurre d'amande

Noix de cajou, beurre de noix et d’amandes … ces termes sont de plus en plus courants et, heureusement, de plus en plus utilisés comme alternative aux substances grasses habituelles telles que le beurre et la margarine.

 

Le terme beurre vient du grec butyron ou bûs ‘vache’ et tyron ‘fromage’, qui est devenu plus tard un beurre dans l’ancien français.

 

Le mot beurre est donc utilisé à mauvais escient, probablement pour souligner son teneur en matières grasses. Mais attention, toutes les graisses ne sont pas identiques. Les graisses contenues dans le beurre de lait sont des graisses saturées, tandis que les graisses monos insaturées dominent dans le beurre d’amande. Voici le contenu en 100 g :

 

Composition pour100 g Beurre d’amande Beurre de lait
Lipides 55,5 81
Graisses saturées 4,15 51,36
Acides gras mono insaturés 32,44 21
Les graisses polyinsaturées 13,61 3,04
Cholestérol 0 250 mg
 Fibres 10,3 0
Protéine 20,96 0,8
– Gras Trans 0 6

 

 

Ce qui ressort est la différence notable entre la qualité de la graisse, la teneur en fibres et le pourcentage de protéines.

 

Les graisses saturées sont associées à un risque accru de maladies cardiovasculaires et de certaines formes de cancer. Ils se trouvent principalement dans les graisses d’origine animale et constituent la principale source de lipides dans le régime alimentaire occidental typique. 1.2

 

Un examen attentif de la composition de ce que nous avons mis sur la table permettrait de limiter le traitement médical aux statines ou, mieux, les interventions visant à démêler les artères remplies d’athérosclérose et floues dans l’ischémie.

 

Mais voici un moyen de produire notre propre beurre d’amande, ce qui nous permet de fabriquer une bonne dose de bonnes graisses, protéines et fibres pour notre précieux second cerveau, l’intestin.

 

Des essais contrôlés randomisés montrent que la consommation quotidienne d’environ 30 g d’amandes joue un rôle protecteur pour le risque cardiovasculaire. 3

Je suis un grand partisan des collations aux fruits séchés – au moment où je vous écris, j’ai mon petit pot à proximité. Ils permettent de rester rassasiés longtemps, apportent beaucoup de choses utiles pour notre corps (magnésium, calcium, sélénium, cuivre) et sont bonnes ! Le seul effet secondaire… l’un mène à un autre, partez donc avec votre « dose » et consommez-le au besoin, mais de façon limitée.

 

 

INGRÉDIENTS

 

4 tasses d’amandes  bio- environ 400 g – je choisis des amandes avec leur pelure

3 c. d. c. d’huile – peu de saveur d’avocat ou de tournesol – si vous décidez de ne pas les faire griller

 

 

INDICATIONS

 

  • Allumer le four à 150 ° C
  • Dans une plaque de four, étalez soigneusement les amandes en évitant de les superposer.
  • Enfourner pendant environ 12 minutes
  • Laissez les amandes refroidir pendant environ une demi-heure (attention, danger : à ce moment-là, la maison sera envahie par un arôme invitant d’amandes grillées, vous entendrez un craquement dans l’assiette en raison de la pelure qui se sépare du fruit : évitez de les finir toutes avant prépare le beurre ! Ah ah ah!)
  • Une fois refroidis, versez-les dans votre robot blender culinaire (j’utilise le Thermomix, il pourrait s’agir de Kitchenaid, Cookeo, Vitamix)
  • Toutes les 15 secondes, poussez la pâte vers le bas ;
  • Répéter plusieurs fois
  • Après environ une minute et demie, vous devriez trouver cette crème douce, fluide et sans grumeaux ;
  • Transférer dans un récipient en verre hermétique et le conserver au réfrigérateur pendant des semaines (moi, je l’aime à la température ambient, je le conserve dans le placard et, pour l’instant, il n’a jamais eu tort).

 

 

  • Si vous préférez ne pas griller les amandes, la procédure est la même, mais vous devez ajouter de l’huile. Comparativement aux autres noix, les amandes sont moins grasses. La chaleur du four permet la « sortie » des huiles naturelles et ne nécessite aucune addition.

 

Bibliographie

 

  1. Diet and risk of coronary heart disease and type 2 diabetes

Prof JI Mann, Lancet

published march 05, 2014  https://doi.org/10.1016/S0140-6736(02)09901-4

  1. Effects on Coronary Heart Disease of Increasing Polyunsaturated Fat in Place of Saturated Fat: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials

Dariush Mozaffarian, Renata Micha, Sarah Wallac

Published: March 23, 2010 https://doi.org/10.1371/journal.pmed.1000252

  1. Effects of almond consumption on the reduction of Ldl-cholesterol: a discussion of potential mechanisms and future research directions

Claire E Berryman Amy Griel Preston Wahida Karmally Richard J Deckelbaum Penny M Kris-Etherton

Nutrition Reviews, Volume 69, Issue 4, 1 April 2011, Pages 171–185, https://doi.org/10.1111/j.1753-4887.2011.00383.x

        Published:01 April 2011

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *