La qualité du sommeil

Pourquoi dormons-nous ?


Très souvent, je suis obligée d'étudier la qualité du sommeil pour comprendre si un sujet se repose bien et, surtout, s'il parvient à bien gérer le stress quotidien et les émotions. Les livres d'histoire racontent que les personnalités de génie avaient besoin de très peu d'heures de sommeil, comme Léonard de Vinci, Albert Einstein, Margaret Tatcher, Nikola Tesla, Edison. Ces derniers avaient uniquement besoin de petits moments de repos pour se ressourcer.

À la lumière ces constats, on peut se demande pourquoi on dort ? Pouvons-nous réellement faire quelque chose d’éclatant dans notre vie sans perdre notre temps à nous reposer ? Pour quelle raison, à un moment donné, Morphée vient-il nous chercher ?

Déjà Aristote, en 350 av. JC., avait posé cette même question dans le traité Du Sommeil et de la veille et, à ce jour, nous ne pouvons pas répondre de manière convaincante. Néanmoins, ce qui est évident, c’est la relation entre le manque ou la privation de sommeil et l'état de santé. Le syndrome de l'insomnie est lié à l'apparition du diabète, de l'obésité et de la maladie d'Alzheimer. Le non-repos est la cause d'accidents du travail, d'accidents de la route et de négligence professionnelle. En Europe, comme aux États-Unis, des cliniques de traitement des troubles du sommeil se développent rapidement.

Au cours des deux derniers siècles, l'homme dort en moyenne 2 heures de moins par nuit. En fait, jusqu'au XVIIe siècle, l’électricité n'était pas répandue et la lumière artificielle était très rare. À l’instar des villes qui se sont « éclairées » à la lumière du progrès, nos cerveaux restent allumés plus longtemps, telles des victimes inconscientes de cette perturbation hormonale.
 
 
Quand il commence à faire nuit, la lumière naturelle faiblit, la perception visuelle change et le cerveau commence à sécréter de la mélatonine, l'hormone qui provoque le sommeil. Cela nous amène à bâiller, à chercher un endroit confortable, à nous allonger et à fermer les yeux. Pendant le sommeil, le cerveau convoque les souvenirs des moments vécus et effectue une première sélection. Le rythme cardiaque ralentit, la pression artérielle diminue ainsi que la température basale, et la magie commence car les processus de réparation cellulaire débutent. Le stress quotidien, la nourriture que nous mangeons et la pollution mettent à rude épreuve ces merveilleuses cellules qui ont besoin de processus endémiques pour réparer les dommages causés par les radicaux libres. Pendant le sommeil, cela se produit de manière spectaculaire. Mais au lieu de suivre ce rythme naturel, nous restons collés à nos écrans, à nos tablettes, à nos portables ; nous allumons les néons des lampadaires et notre cerveau perçoit le message suivant : « Il fait jour, allume-toi ! ». A ce stade, un cycle de sommeil est passé et nous sommes frustrés de ne pas pouvoir nous reposer. Donc, le sommeil est un moment fondamental de notre journée, tout comme manger, marcher et aimer. Il nous garantit une bonne santé corporelle et nous permet de profiter sereinement de nos journées. Ne maltraitons pas et respectons le rythme circadien (rythme éveil-sommeil) en éteignant les écrans et en allumant les bougies !